Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
mm
53
Ce jour là il y avait foule sur la place de Rouen; il y avait
aussi au fond de la place, comme une sorte de monument très-
élevé, un immense piédestal... dont la statue était vivante; c'était
un bûcher, et sur ce bûcher Jeanne d'Arc, celle qui avait rem-
porté trente victoires pour Charles VU dit le Victorieux! et il
s'est trouvé des témoins pour la déclarer devineresse, apostate,
hérétique et infâme; des juges pour la condamner au supplice du
feu; des soldats pour l'y conduire; tout un peuple pour regarder
cela... et pas un chevalier pour renverser l'échafaud sur tous ces
félons! Pendant ie chemin, elle pleura beaucoup; ce fut en son-
geant à son pauvre village. Puis, elle fit sa confession générale
à *haute voix; elle s'accusa, pour tout péché, d'avoir quitté son
père et sa mère, afin de sauver la France, il est vrai: »N'im-
porte, je les ai quittés sans avoir d'eux ni permission ni béné-
diction." Montée sur 1 echafaud, elle demanda un crucifix; un
Anglais, touché de son malheur, rompit son bâton, dont il forma
une espèce de croix, et le lui tendit; elle conjura un bon moine,
frère Martin l'Advenu, de se placer au pied du bûcher et de l'ex-
horter assez *haut pour qu'elle pût l'entendre; et alors les flammes
commençant à la dévorer, elle pria pour le roi, et prédit aux
Anglais leur fuite prochaine; et, quand elle fut toute couverte de
son linceul flamboyant, le peuple, de seconde en seconde enten-
dait sortir de ce brûlant tombeau des exclamations de douleur
avec le nom de jksus-
Ses cendres furent jetées dans la Seine, mais son cœur fut
retrouvé rouge et intact.
Après l'exécution, un secrétaire du roi de la Grande-Bretagne
s'écria: »Nous sommes tous perdus et désimnorés d'avoir fait
cruellement mourir une héroïne !" Emile Deschamps.
EXORDE DE LA DÉFENSE DE LOUIS XVL
(Le 26 décembre 1792.)
Citoyens, représentants de la nation! 11 est donc enfin arrivé,
ce moment où Louis, accusé au nom du peuple français, peut
se faire entendre au milieu de ce peuple lui-même! 11 est arrivé,
ce moment où, entouré des conseils que la loi et l'humanité lui
ont donnés, il peut présenter à la nation une défense que soa