Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
16
du dehors briser et enfoncer la fenêtre qui donnait sur les basses-
cours. La mère pensait que c'étaient des voleurs, qui, ayant es-
caladé les murs, voulaient entrer dans cet appartemenl; la fille
disait qu'elle croyait que c'était iout simplement un revenant. Ma-
demoiselle Victoire, ma femme de chambre, qui était fort coura-
geuse, offrit d'aller visiter la chose, et, piquée d'émulation, je dis
qu'il fallait y aller avec elle. On y consentit; je distribuai les
arifles: un balai, des pincettes, une pelle; je marchais à la tète,
ei nous allâmes très-gaîment dans l'appartement des deu\ étrangè-
res. Arrivées à la porte du cabinet, nous écoutâmes et nous en-
tendîmes en efiet un bruit extraordinaire. Cependant, par un de
ces premiers mouvements d'imprudence et d'audace que j'ai (Mis
mille fois en ma vie, j'ouvris la porte et je lis passer Victoire, (jui
tenait une bougie ....
Vis-à-vis de la porte était la fenêtre avec un grand ridean blanc
tiré .... A peine la valeureuse Victoire a-t-elle jeté les yeux sur le
rideau, qu'elle pâlit, chancelle, et la lumière vacille dans sa main
tremblante; elle voyait, je vis comme elle au même instant deux
gros pieds d'homme, qui passaient sous ce rideau . . . C'était
voir un voleur; mais, sans nulle réllexion , je m'élance vers le rideau
e.n m'écriant: //Eb bien! nous lui parlerons; ne me laissez pas
seule et avançons nous . . En disant ces mots je me jette sur
le rideau brusquement. Quelle fut notre agréable surprise, en dé-
couvrant que ces prétendus pieds n'étaient que . . des souliers,
posés de manière à produire l'illusion qui nous avait tant eOrayées.
Quant au bruit, il venait d'un contre-vent dont u[i des pitons était
détaché, de sorte que, mis en mouvement par le vent, il ballottait
avec fracas contre la fenêtre, dont il avait même ca«sé deux ou
trois vitres. Cet appartement avait élé habité quelques années au-
paravant par une vieille dame, que son laquais venait servir,
permission que Pabbesse donnait aux pensionnaires et que j'avais
moi-même; ces gros souliers avaient apparemment appartenu à son
laquais, qui les avait oubliés là; on n'entrait jamais dans ce loge-
ment ; enfin ces souliers y étaient restés. Madame de Genlis.
MADAME CAMPAN, DIRECTRICE DE L'INSTITUTION D'ECQDEN.
Dans rinstitution d'Écouen, les élèves étaient formées de bonne
heure à tous les détails d'un ménage. Habiles à tous les genres