Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
288
Benjamin Constant 1).
S0N6E DE WALLENSTEIN,
imité de Schiller.
Il est, pour les mortels, des jours mystérieux.
Où, des liens du corps notre âme dégagée,
Au sein de l'avenir est tout à coup plongée.
Et saisit, je ne sais par quel lieureux effort.
Le droit inattendu d'interroger le sort.
La nuit qui précéda la sanglante journée
Qui du héros du Nord trancha la destinée,
Je veillais au milieu des guerriers endormis.
Un trouble involontaire agitait mes esprits.
Je parcourus le camp. On voyait dans la plaine
Briller des feux lointains la lumière incertaine.
Les appels de la garde et les pas des chevaux.
Troublaient seuls, d'un bruit sourd, l'universel repos.
Le vent, qui gémissait à travers les vallées,
Agitait lentement nos lentes ébranlées;
Les astres, à regret, perçant l'obscurité,
Versaient sur nos drapeaux une pâle clarté.
//Que de mortels," me dis-je, //à ma voix obéissent!
Qu'avec empressement sous mon ordre ils fléchissent!
lis ont sur mes succès placé tout leur espoir.
Mais, si le sorl jaloux m'arrachait le pouvoir.
Que bientôt je verrais s'évanouir leur zèle!
En est-il un du moins qui me restât fidèle?
Ah ! s'il en est un seul, je l'invoque, ô destin !
Daigne me l'indiquer par un signe certain."
Béran^er, né en 1780, mort en 1857.
C'est sans contredit le poète le plus populaire de la France. Quoi-
qu'il n'ait écrit que des chansons, il a les qualités des grands poètes
lyriques ; plusieurs de ses chansons patriotiques sont de véritables
odes. Aucun poète français n*a su faire vibrer comme lui la fibre
1) Pour la notice voyez les morceaux en prose, page 261.