Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
277
magnifiques sont préparées. On demande quelques députés. //Nous
irons tous," s'écrient-ils. L'église de Sainte Geneviève est érigée
en Panthéon, avec cette inscription:
//Aux grands hommes la patrie reconnaissante."
■jamartîne* 1)
ASPECT DE DAMAS ET DE SES ENVIRONS.
Je marchais à la tète de la caravane, à quelques pas derrière les
Arabes de Zebdani ; tout à coup ils s'arrêtent et poussent des cris
de joie en me montrant une ouverture dans le rebord de la route:
je m'approche, et mon regard plonge, à travers l'échancrure de la
roche, sur le plus magnifique et le plus étrange horizon qui ail
jamais étonné un regard d'homme; c'était Damas et son désert sans
bornes, à quelques centaines de pieds sous mes pas.
Nous ne marchions plus : tous, pressés à Tétroite ouverture du
rocher percé comme une fenêtre, nous contemplions, tantôt avec
des exclamations, tantôt en silence, le magique spectacle qui se
déroulait ainsi subitement et tout entier sous nos yeux, au terme
d'une route à travers tant de rochers et de solitudes arides, au
commencement d'une autre qui n'a pour bornes que Bagdad et Bas-
sora, et qu'il faut quarante jours pour traverser. Enfin, nous nous
remîmes en marche; le parapet de rochers qui nous cachait la plaine
et la ville, s'abaissait insensiblement, et nous laissa bientôt jouir
en plein de tout l'horizon; nous n'étions plus qu'à cinq cents pas
des murs des faubourgs: ces murs, entourés de charmants kiosques
et de maisons de campagne, des formes et des architectures les plus
orientales, brillent comme une enceinte d'or autour de Damas, les
tours carrées, qui les flanquent et en surmontent la ligne, sont
incrustées d'arabesques, percées d'ogives à colonnettes minces
comme des roseaux accouplés, et brodées de créneaux en turbans;
les murailles sont revêtues de pierres ou de marbres jaunes et noirs,
alternés avec une élégante symétrie; les cimes des cyprès et des
autres grands arbres qui s'élèvent des jardins et de l'intérieur de la
ville, s'élancent au-dessus des murailles et des tours, et les cou-
ronnent d'une sombre verdure. Les innombrables coupoles des mos-
quées et des palais d'une ville de quatre cent mille âmes, répercu-
1) Pour la notice voyez ci-après les morceaux en vers.