Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
270
cures et de cette insatiable avidité qui les accompagne ; un de ces
hommes que rien ne satisfait ni ne lasse, qui ne trouvent, dans le
repos, que l'impatience et la fatigue, nés pour le mouvement, parce
qu'ils portent en eux-mêmes la force qui remue toutes choses, et
incapables de s'arrêter devant un crime, un obstacle ou un danger.
Tel fut le principe des guerres continuelles de Clovis ; ce ne fut
point une nécessité extérieure, le déplacement de sa tribu, ou telle
autre cause, mais Timpulsion de sa propre nature, le besoin d'agir
et de dominer, qui le poussa en tous sens dans les Gaules, et fit,
du chef de quelques milliers de guerriers, le fondateur de la pré-
dominance des Francs sur tous les peuples voisins.
Quand la civilisation s'est développé?, de tels hommes sont des
fléaux stériles; dans les temps d'ignorance et de barbarie, ils sont
aussi des flSaiix, mais par eux commencent les grands États.
Augii«<<în Thierry, né en 178S, mort en 1857.
Exclusivement voué aux études historiques, il y consacra sa vie
tout entière et jusqu'à la clarté de ses yeux, car ses travaux lui
coûtèrent la vue; mais la cécité ne put arrêter son ardeur. C'est,
avec Guizot, l'homme de France qui a le plus avancé l'étude et
Tbistoirc. On lui doit les Récifs des temps mcrovirtf/iens, les
Lettres sur VJdstoire de France, et VHistoire de la conquête
d^Angleterre par les Normands, Tous ces ouvrages sont des chefs-
d'œuvre de profondeur, de sagacité, de clarté et de style.
INVASION DES ANGLES DANS L'ILE DE BRETAGNE.
L'émigration des habitants des marais de l'Elbe et des îles qui
les avoisinent, inspira le désir d'émigrer de même, et apprit le
chemin de la Bretagne à des peuples situés plus loin vers l'est,
près des bords de la mer Baltique, et qu'on nommait alors Anghels
ou Angles. Après avoir essayé de petites invasions partielles sur
la côte nord-est de la Bretagne, la population des Angles se mit
tout entière en marche, sous la conduite d'un chef de guerre, nommé
Ida, et de ses douze fils. Leurs nombreux vaisseaux abordèrent
entre les Bretons de ces contrées; ils firent alliance avec les Pietés,
et CCS deux ennemis confédérés s'avancèrent de l'est à l'ouest, frap-