Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
264
rêve nuit et jour au moyen de tuer des gens que je n'ai jamais
vus i), qui ne m'ont fait aucun mal; cela n'est-il pas joli?
Pendant que je fais ces lignes très-sensées, voici une drôle d'aven-
ture : la maison tremble; un homme qui passait près de moi,
se sauve en criant f/tremoto moi je répète iitremoio T c'est à
dire //tremblement de terre," et me sauve aussi dans la cour.
Là je vis bien que la secousse avait été forte ou sérieuse, comme
vous diriez, cousine, ou conséquente, comme dit Voisard. Un
bâtiment non achevé, dont le toit n'est pas encore couvert, sem-
blait agité par le vent; la maison remuait, craquait. La terre a
souvent ici de ces petits frissons, qui renverseraient une ville
comme un jeu de quilles, si les maisons n'étaient faites exprès, à
l'épreuve du iremoto, peu élevées, larges d'en bas. Aucune n'est
tombée cette fois, mais une église a écrasé je ne sais combien de
bonnes âmes, qui sont maintenant en Paradis; voyez quelle grâce
de dieu! nous autres vauriens, nous restons dans cette vallée de
misères.
Vous demandez ce que nous faisons ici. Peu de chose. Nous
prenons un petit royaume pour la dynastie impériale. Qu'est-ce
que la dynastie? Méot vous le dira. Le fameux traiteur. Méot
est cuisinier du roi, qui s'amuse souvent à causer avec lui; le sent
homme, dit-on, pour qui Sa Majesté ait quelque considération.—
//Meot," lui dit le roi, //tu me pousses ta famille, tes nièces, tes
cousins, tes neveux, tes frères: tu n'as pas un parent, marmilon,
gâte-sauce, qu'il ne faille placer et faire gros seigneur. — //Sire,
c'est ma dynastie," lui répondit Méot. — Voilà un joli conte que
vous ferez valoir en le contant avec grâce ; vous ne pouvez autrement.
Quant au temps où nous nous reverrons, la réponse n'est pas
si aisée. J'en meurs d'envie, vous pensez bien. Mail il faut
achever de conquérir ce royaume, et puis voir les antiquités; il y
en a beaucoup de belles ; vous savez ma passion, je suis fou de
l'antique.
Vous présenterai-je mon respect? Voulez-vous que j'aie l'honneur
d'être? .. . Non, je vous embrasse tout bonnement.... Encore
une fois je vous embrasse.
Le vieux cousin qui ne rit plus."
1) Courrier servaitdansrarmée française, qui achevaitalorsla conquête
idu royaume de Naples, cédé par Temperenr Napoléon à son frère Joseph,