Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
244
OUbert, né en 1751, mort en 1780.
Cet écrivain, qui avait un talent décidé pour la satire, vécut dans
la pauvreté et traîna une existence malheureuse. Atteint d'aliénation
mentale à la suite dune chute de cheval, il finit ses jours â
rhôpital dans l'abandon et la misère. Une semaine avant sa mort,
il composa dans un moment lucide la pièce suivante, q,ui est son
chef-d'œuvre.
ADIEUX D'UN JEUNE POÈTE A LA VIE.
J'ai révélé mon cœur au dieu de l'innocence;
Il a vu mes pleurs pénitents,
Il guérit mes remords, il m'arme de constance:
Les malheureux sont ses enfants.
Mes ennemis riant ont dit dans leur colère:
Qu'il meure, et sa gloire avec lui!
Mais à mon cœur calmé le seigneur dit en Père:
//Leur haine sera ton appui".
A tes plus chers amis ils ont prêté leur rage;
Tout trompe ta simplicité:
Celui que lu nourris court vendre ton image.
Noire de sa méchanceté.
Mais dieu t'entend gémir, dieu, vers qui te ramène
Un vrai remords né des douleurs;
Dieu, qui pardonne enfin à la nature humaine
D'être faible dans les malheurs,
J'éveillerai pour loi la pitié, la justice
De l'incorruptible avenir;
Eux-mêmes épureront, par leur long artifice,
Ton honneur qu'ils pensent ternir.
Soyez béni, mon dieu! vous qui daignez me rendre
L'innocence et son noble orgueil;
Vous qui, pour protéger le repos de ma cendre.
Veillerez près de mon cercueil!