Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
243
A icur feu toul à coup nia verve se rallume,
Soudain sur le papier je laisse errer ma plume.
Et goûte, retiré dans cet heureux réduit,
L*étude, le repos, le silence et la nuit.
Tantôt prenant en main l'écran géographique,
D'Amérique en Asie, et d'Europe en Afrique,
Avec Cook et Forster 1) dans cet espace étroit.
Je cours plus d'une mer, franchis plus d'un détroit.
Chemine sur la terre, et navigue sur l'onde.
Et fais dans mon fauteuil le voyage du monde.
molière.
Molière! à ce nom seul se rassemblent les ris;
Les fronts sont déridés, les cœurs épanouis.
Qui, dans les plis du cœur, surprend mieux la nature?
Qui sait mieux lui donner cette adroite tournure?
Qui rend le ridicule ou le vice indiscret;
Et fait, avec le rire, éclater leur secret?
Quel naïf et souvent quel sublime langage!
0 Molière! ô grand homme! ô véritable sage!
Avec un vain amas de sots admirateurs.
Je ne te loûrai pas, dans mes portraits flatteurs,
D'avoir du cœur humain corrigé le caprice.
Détruit le ridicule et réformé le vice;
Tous deux sont immortels, el ne font que changer}
Tu peux charmer le monde, et non le corriger.
Comme par une vague une vague est poussée,
La sottise du jour est bientôt remplacée.
Sans cesse variant nos volages humeurs,
Le temps conduit la mode, el la mode les mœurs;
Ainsi pour un travers il s'en reproduit mille;
Mais puisqu'il nous distrait, ton art nous est utile.
Tous ces fous, tous ces sols par loi si bien décrits.
Incommodes ailleurs, charment dans les écrits.
Que disje, chacun d'eux, grûce à ton art suprême.
Chez toi, sans le savoir, vient rire de lui-même;
Ainsi l'oiseau léger, crédule et curieux,
Vient se prendre au miroir qui le montre à ses yeux.
1) Voyageur et naturaliste.
U*