Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
253
Si mes mains, pour vous festoyer,
De gâteaux ne sont point avares;
Si j'ai souvent versé pour vous
Le vin, te miel, un lait si doux,
Oh! veillez bien sur notre porte.
Sur nos gonds et sur nos verrous.
Non point par la peur des filous;
Car que voulez-vous qu'on m'emporte?
-le n'ai ni trésors ni bijoux ;
Je peux voyager sans escorte.
Mes vœux sont courts; les voici tous:
Qu'un peu d'aisance entre chez nous;
Que jamais la vertu n'en sorte!
Mais n'en laissez point approcher
Tout front qui devrait se cacher;
Ces échappés de l'indigence.
Que Plutus couvrit de ses dons,
Si surpris de leur opulence,
Si bas avec tant d'arrogance,
Si petits dans leurs grands salons.
Oh ! que j'honore en sa misère
Cet aveugle errant sur la terre.
Sous le fardeau des ans pressé.
Jadis si grand par la victoire,
Maintenant puni de sa gloire,
Qu'un pauvre enfant, déjà lassé,
Quand le jour est presque eflacé.
Conduit pieds nus. pendant l'orage,
Quêtant [tour lui sur son passage.
Dans son casque ou sa faible main,
Avec les grâces de son âge ,
De quoi ne pas mourir de faim I).
0 mes doux Pénates d'argile!
Attirez-les sous mon asile!
S'il est des cœurs faux, dangereux,
Soyez de fer, d'acier pour eux.
Mais qu'un sot vienne à m'apparaître.
Exaucez ma prière, ô dieux !
1) Il paraît que les infortunes de Btlisaire sont une fable inventée.