Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
285
POÉSIE LÉGÈRE.
A MADAME LA DUCHESSE D'ORLEANS,
sur une énigme inintelligible qu'elle avait donnée à deviner à l'auteur.
Cette énigme n'a pas de mot:
Expliquer chose inexplicable
Est d'un savant ou bien d'un sot;
L'un à l'autre est parfois semblable:
Mais si l'on donne à deviner,
Quelle est la princesse adorable
Qui sur les cœurs sait dominer,
Sans chercher cet empire aimable;
Pleine de goût sans raisonner,
Et d'esprit sans faire l'habile,
Cette énigme peut étonner,
Mais le mot n'est pas difficile.
A Ml- N,***
Vous me mandez que je suis mort: 1)
Je le crois, et j'en suis biiMi aise.
Dans mon tombeau fort à mon aise,
De vos vivants je plains le sort.
Loin du pays de la folie,
Des cours sagement séquestré,
J'apprends à jouir de la vie,
Depuis que je suis enterré.
IMPROMPTU A Ml- THIRiOT,
qui s'était fait peindre la Henriade à la main.
Si je voyais ce monument.
Je dirais, rempli d'allégresse.
Messieurs, c'est mon plus cher enfant,
Que mon meilleur ami caresse.
1) On avait répandu le bruit de la mort de l'auteur.