Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
2:^3
Jo suis bien malheureux. C'est Ion itère, c'est moi,
C'est ma seule prison qui t'a ravi ta loi.
Ma fille, tendre objet de mes dernières peines,
Songe au moins, songe au sang qui coule dans tes veines
C'est le sang de vingt rois, tous chrétiens comme moi.
C'est ie sang des héros, défenseurs de ma foi,
C'est le sang des martyrs. 0 fille encor trop chère!
Coiniais-lu ton destin et le sort de ta mère?
Je l'ai vue égorger par la main forcenée,
Par la main des brigands à qui tu t'es donnée.
Tes frères, ces martyrs, immolés à mes yeux
T'ouvrent leurs bras sanglants tendus du haut des cieux.
Ton dieu que tu trahis, ton uiEu que tu blasphèmes.
Pour toi, pour l'univers est mort en ces lieux mêmes;
En ces lieux où mon bras le servit tant de Ibis;
En ces lieux où son sang le parle par ma voix.
Vois ces murs, vois ce temple envahi par tes maîtres,
Tout annonce le dieu ([n'ont servi tes ancêtres;
Tourne les yeux, sa tombe est près de ce palais.
C'est ici la montagne, où, lavant nos forfaits,
11 voulut expirer sons les coups de l'impie,
C'est là que de la tombe il rappela sa vie.
Tu ne saurais marcher dans cet auguste lieu.
Tu n'y peux faire un pas sans y trouver ton dieu ,
Et tu n'y peux rester sans renier ton père.
Ton honneur qui te parle et ton dieu qui t'éclaire.
Je te vois dans mes bras et pleurer et gémir.
Sur ton front pâlissant dieu met le repentir.
Je vois la vérité dans ton cœur descendue,
Je retrouve ma fille après l'avoir perdue.
Et je reprends ma gloire el ma félicité
En dérobant mon sane à l'infidélité.
CÉSAR A BRÜTOS-
II s'efforce d'excuser ses ambitieui desseins.
........Rome demande un maître;
Un jour à tes dépens tu l'apprendras peut-être.