Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
229
force il'eii avoir, ils '.'ii out si peu, que notre vieux âne en avait
davantage que les singes de ce temps-ci." Je priai mon lapin de
ne plus avoir d'humeur, et je lui dis que j'aurais soin de lui et
de ses camarades, s'il en trouvait encore. Il me promit de me
dire ce qu'il disait à La Fontaine, et de me mener chez ses vieux
amis. Il m'y mena en effet. Sa grenouille, qui n'était pas tout-
à-fait morte, quoiqu'il l'eût dit, était de la plus grande modestie,
en comparaison des autres animaux que nous voyons tous les jours;
ses crapauds, ses cigales chantaient mieux que nos rossignols ; ses
loups valaient mieux que nos moutons. Adieu, petit lapin, je vais
retourner dans mes bois, à mes champs et à mon verger. J'élèverai
une statue à La Fontaine, et je passerai ma vie avec les hètes de
ce bonhomme.
DIX-HIITIEME SIÈCLE.
POÉSIE.
Jeau-BaptSste Rousseau, né en 1670, mort en 1741.
Il était autrefois regardé comme le premier poète lyrique de la
France ; mais les productions modernes dans ce genre de poésie ont
singulièrement obscurci sa gloire. On peut voir en lui un versifi-
cateur harmonieux, qui modèle artistement la strophe, mais son
âme est dépourvue d'inspirations élevées. C'est dans la poésie
sacrée, dans l'imitation des Psaumes, qu'il obtint ses plus beaux
succès.
ODE POUR UNE PERSONNE CONVALESCENTE.
PARAPHRASE D'UN CANTIQUE D'EZÉCHIAS.
J'ai vu mes tristes journées
Décliner vers leur penchant ;
Au midi de mes années
Je touchais à mon couchant: