Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
315
vaincu à son tour par Sylla, réduit par un traité à ses anciennes
limites, fatigué par les généraux romains, devenu encore une fois
leur vainqueur et le conquérant de l'Asie, chassé par Lucuiluset
suivi dans son propre pays, fut obligé de se retirer chez Tigrane,
et, se voyant perdu sans ressource après sa défaite, ne comptant
plus que sur lui-même, il se réfugia dans ses propres États, et
s'y rétablit.
Pompée succéda à Lucullus, et Mithridate en fut accablé; il
fuit de ses États; et passant l'Araxe, il marcha de péril en péril
par le pays des Laziens; et, ramassant dans son chemin ce qu'il
trouva de barbares, il parut dans le Bosphore, devant sont fils
Maccharès, qui avait fait sa paix avec les Romains 1).
Dans l'abîme où il était, il forma le dessein de porter la guerre
en Italie, et d'aller à Rome avec les mêmes nations qui l'asser-
virent quelques siècles après, et par le même chemin qu'elles
tinrent.
Trahi par Pbarnace, un autre de ses fils, et par une armée
effrayée de la grandeur de ses entreprises et des hasards qu'il allait
chercher, il mourut en roi.
LA RELIGION CHRETIENNE.
La religion chrétienne est éloignée du despotisme; c'est que la
douceur, étant si recommandée dans l'Evangile, elle s'oppose à la
colète despotique avec laquelle le prince se ferait justice. Pendant
que les princes mahométans donnent sans cesse la mort ou la
reçoivent, la religion, chez les chrétiens, rend les princes moins
timides, et par conséquent moins cruels. Le prince compte sur
ses sujets et les sujets sur ie prince. Chose admirable, la religion
chrétienne, qui ne semble avoir pour objet que la félicité de l'autre
vie, fait encore notre bonheur dans celle-ci.
C'est la religion chrétienne qui a empêché le despotisme de
s'établir en Ethiopie, et a porté au milieu de l'Afrique les moeurs
de l'Europe et ses lois.
Que d'un côié l'on se mette devant les yeux les massacres con-
tinuels des rois et des chefs grecs et romains, et de l'autre la
destruction des peuples et des villes par Timur et Gengis-Kan, qui
1) Mithridate l'avait fait roi du Bosphore.