Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
16
Louise, Je fais tout ce que je peux pour qu'elles le soient,
car je serais bien désolée que vous reçussiez des plaintes à mon
sujet. (Lui donnant an petit carton). Voici, bon papa, un jabot
et des manchettes que j'ai brodés pour vous.
M. Robert. Pour moi!.. Comment, comment?., c'est toi, à
présent qui vas me faire des cadeaux? (il ouvre le carton et exa-
mine ce qui est dedans). C'est charmant!., c'est brodé à mer-
veille!.. Je te fais mon compliment. — Merci, merci, ma
chère Louise. (Il l'embraase sur le front).
Marie ^ développant une grande feuille de papier écrite en grosses
lettres. Moi, mon bon ami, je vous ai apporté une page de mon
écriture.
AL Robert. Oh! oh! mais c'est fort bien!.. Voilà de bonnes
lettres. (Il lit).
«La reconnaissance est la mémoire du cœur." (Avec émotion).
Embrasse-moi, chère enfant.
Julien. Moi, je t'ai copié une belle fable.
Louise. Julien, je vous avais recommandé de ne pas tutoyer
bon papa.
Julien, x\h ! c'est vrai, ma sœur. (A. M. Robert.) Eh bien,
je ne te tutoierai plus.
M. Robert^ riant. Si, si... parle comme tu voudras, donne-
moi ta fable, je la lirai avec grand plaisir, dl la lui donne). Je
suis content de vous, mei chers enfants, et j'irai vous voir à
mon lour. . . la semaine prochaine. — Louise, veille toujours
bien sur ta soeur et sur ton petit frère. . . Il se fait tard, mes
amis, Michel va vous reconduire.
Les Enfants. Oh! nous irons bien seuls,
M. Robert. Non, non, je ne veux pas que vous alliez seuls,
la nuit, dans les rues; Michel vous reconduira, et pour que vous
soyez rentrés plus vite chez vous, il vous régalera d'un
Julien^ fautant de joie. 0 ma sœur! . . quel bonheur! , . quel
bonheur!., nous irons en Omnibus! — Adieu, l'homme au
petit manteau bleu.
Louise. Bon soir, bon papa.
Marie. Bon soir, mon bon ami.
M. Robert, les reconduisant. Bon soir, bon soir, mes en-
fants ... vous m'avez entendu ? .. j'irai vous voir la semaine prochaine.
Julien, vivement. Dépêchons-nous, m» sœur... j'entends
VOmnibus. {Ils sortent tous trois avec Michel).