Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
198
Dans le sang d'un enfant je me baigne à loisir!
Non, Seigneur; que les Grecs cherchent quelqu'autre proie.
Qu'ils poursuivent ailleurs ce que reste de Troie :
De mes inimitiés le cours est achevé;
L'Epire sauvera ce que Troie a sauvé.
ÂGÂMEMNON ET IPHIGENIE i).
Iph. Quel bonheur de me voir la fille d'un tel père!
Agam, Vous méritiez, ma fille, un père plus heureux.
Iph. Quelle félicité peut manquer à vos vœux?
A de plus grands honneurs un roi peut-il prétendre?
J'ai cru n'avoir au ciel que des grâces à rendre.
Ayant, à part. Grands dieux ! à son malheur dois-je la préparer?
Iph. N'éclaircirez-vous point ce front chargé d'ennuis?
Agarn. Ah! ma fille . . .
Iph. Seigneur; poursuivez.
Agam. Je ne puis.
Iph. Périsse le Troyen auteur de nos alarmes!
Agam. Sa perte à ses vainqueurs coûtera bien des larmes.
Iph. Les Dieux daignent surtout prendre soin de vos jours !
Agam. Les Dieux depuis un temps me sont cruels et sourds.
Iph. Galchas, dit-on, prépare un pompeux sacrifice.
Agam. Puissé-je auparavant fléchir leur injustice !
Iph, L'olTrira-t-on bientôt?
Agam, Plus tôt que je ne veux.
Iph, Me sera-t-il permis de me joindre à vos vœux?
Verra-t-on à l'autel votre heureuse famille?
Agam. Hélas !
Iph. Vous vous taisez!
Agam. Vous y serez, ma fille!
Adieu.
1) Pour obtenir des vents favorables, Agamemnon, trompé par
uu oracle, avait résolu le sacrifice dMphigéne, sa fille.