Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
Scène V.
Les Précédents, Louise, Marie, Julien,
(Louise a une mise aussi simple que propre, Marie, sa sœur,
a le costume uniforme d'une maison de charité. Julien ,
leur petit frère, a une blouse grise avec une cein-
ture de cuir, une casquette sur la tête).
Louise à Michel qui ouvre la porte. Bonjour, monsieur Mi-
chel. . . Peut-on voir bon papa?
Michel, Oui, oui, attendez un moment. (Il revient auprès
de sou maître). Monsieur, ce sont cps petites bonnes gens,
vous savez, ,, dont les parents sont morls il y a trois ans.
M. Robert. Ah! oui, oui... Trois orphelins que j'ai placés.
(Se retournant vers eux.) Approchez, approchez, mes enfants.
Louise, s'avauçant avec modestie. Bonjour, bon papa. (Elle lui
baise la main).
Marte., avec plus de hardiesse, et lui sautant au cou. Bonjour,
mon bon ami.
Julien^ d'un air espiègle. Bonjour, l'homme au petit manteau bleu.
IjOulse, faisant un signe à Julien comme pour le gronder. Ju-
lien . Monsieur... — Bon papa, excusez mon petit frère.
M. Robert. Pourquoi donc?.. Je ne vkux pas qu'il m'ap-
pelle autremenî. — Viens m'embrasser, Julien. (Avec bonté). Et
qui vous amène ici. mes enfants?
Louise. Nous n'avons pas oublié que c'est demain votre fête.
M. Robert. Ma fèie! Je l'avais oublié, moi.
Julien. C'est demain la St.-Robert.
Louise^ avec âme. Patron de notre bienfaiteur! .. Et nous
venons vous prier de recevoir nos vœux . . .
Julien, Et nos bouquets. — Voilà le mien ... (I! le tire d-i
dessous sa blouse). Et je dis qu'il embaume ... Sens plutôt. . .
c'est de la violette.
M. Robert, riant. Oui, effectivement... . et bien fraîche!
(Louise et Marie lui donnent à leur tour leur petit bouquet en?e-
loppé de papier blancV
M. Robert, avec émotion. Je vous remercie, mes bonnes petites
amies, de votre souvenir et des vœux que vous avpz faits pour moi.
(Prenant Louise à part, et tenant une de ses mains dans la sienne). •—
Dis-moi, Louise... les personnes chez qui je t'ai mise en appren-
tissage sont-elles toujours bien contentes de toi?