Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
Scène II.
Micheîy Madame Petit,
Madame Petit, entrant par la porte adroite. Monsieur Michel?
lâichtl, se retournant. Ah! Ah!.. C'est VOUS, madame Petit?
Madame Petit. Est-ce que monsieur est déjà ressorti?
Michel. Bah ! il y a longtemps ... à peine esl-il resté deux
minutes à table!
Madame Petit. C'est la remarque que j'ai faite en traversant
ta salie à manger. Il avait à son dîner une poularde , . . superbe!..
il n'y a pas seulement touché.
Michel, Que voulez-vous?.. elle servira demain.
Madame Petit. Certainement, personne ne l'entamera avant
lui... et je vais la serrer dans l'office.
Michel. Dans l'office?., prenez garde, — Ne disiez-vous pas,
il y a quelques jours, qu'on vous y avait volé différentes choses ?
Madame Petit. Oui, oui, monsieur Michel; on m'y a pris
une fois la moitié d'un pâté de lièvre, et une autre fois une
pièce d'aloyau presque entière. Je l'ai dit à monsieur qui a eu
l'air de rire .. , mais, moi, je mellrais ma main au feu que
quelqu'un est entré dans mon office;
Michel, en confidence. Eh bien, ma chère madame Petit,
quelqu'un est entré aussi dans le bûcher, car on vole son bois.
Madame Petit. Pas possible! . , il n'y a pourtant que d'hon-
nètcs gens dans la maison.
Michel. Aussi mes soupçons ne planent sur personne.
Madame Petit. C'est abominable, il faut n'avoir pas de cœur
pour voler un si digne homme!
Michel. A quoi bon le voler?. . il donne tout ce qu'il a.
Monsieur possède au moins trente mille livres de rente, et, à
ma connaissance il n'en dépense pas trois mille pour lui; tout
le reste est aux pauvres; il lui est impossible de refuser un
malheureux, et je suis surpris qu'il n'ait pas encore donné le
méchant petit manteau qui le couvre l'hiver comme l'été . . .
Madame Petit, riant. Et qui lui a valu dans le quartier le
sobriquet de l'homme au petit manteau bleu.
Michel. Dans le quartier?.. . dites donc dans tout Paris; on
ne le connaît que sous ce nom-là.
Madame Petit. Sa toilètte, à dire vrai, n'est pas brillante
pour un homme riche.