Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
m
137
Elle avait oublié celui du jugement.
Gtaucon se croyait fait pour le gouvernement.
Pour avoir eu jadis un prix de rhétorique,
Il s'estimait au monde un personnage unique ;
Sitôt qu a la tribune il s'était accroché,
Aucun pouvoir humain ne l'en eût détaché.
Parler à tout propos était sa maladie.
Socrate l'abordant: «Plus je vous étudie,
Plus je vois," lui dit-il, »le but où vous visez.
Votre projet est beau, s'il n'est des plus aisés.
Vous voulez gouverner, vous désirez qu'Athènes
De l'état en vos mains remette un jour les rônes?"
— »Je l'avoue." — »Et sans doute, à vos concitoyens
Vous paîrez cet honneur en tes comblant de biens?"
— »C'est là tout mon désir." — » Il est louable, et j'aime
Que l'on serve à la fois sa patrie et soi-même.
A ce plan, dès longtemps, vous avez dû penser;
Par où donc, dites-moi, comptez-vous commencer?"
— Glaucon resta muet, contre son ordinaire.
Il cherchait sa réponse. — »Un très-grand bien à faire.
Ce serait," dit Socrate, //en ce besoin urgent.
Dans le trésor public d'amener de l'argent.
N'allez-vous pas d'abord restaurer nos finances.
Grossir les revenus, supprimer les dépenses?"
— //Oui ; ce sera bien là le premier de mes soins."
— //Il faut recevoir plus, il faut dépenser moins.
Vous, avez, à coup sûr, calculant nos ressources,
Des richesses d'Athènes approfondi les sources?
Vous savez quels objets forment nos revenus?"
— //Pas très-bien; ils me sont, la plupart, inconnus."
— "Vous êtes plus au fait, je crois, du militaire?"
— //Six mois sous Périclès j'ai servi volontaire."
— //Ainsi nous vous verrons de nos braves guerriers
Par vos vastes projets préparer les lauriers?
Vous savez comme on fait subsister tme armée;
Par quels soins elle doit être instruite et formée.^"
— »Je n'ai pas ces détails très-présents à l'esprit."
— "Vous avez, là-dessus, quelque mémoire écrit.
J'entends." - »Mais non." - Tant pis ; vous me l'auriez fait lire ;