Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
lu
Je te pardunae eti vain, ta vie est condamnée;
Au tribunal de dieu je t'attends dans l'année."
(Au roi:)
Les nombreux spectateurs, émus et consternés,
Versent des pleurs sur vous, sur ces infortunés.
De tous côtés s'étend la terreur, le silence.
Il semble que du ciel descende la vengeance.
Les bourreaux interdits n'osent plus approcher;
Ils jettent en tremblant le feu sur le bûcher
Et détournent la tôte... Une fumée épaisse
Entoure l'échafaud, roule et grossit sans cesse ;
Tout à coup le feu brille ; à Taspect du trépas
Ces braves chevaliers ne se démentent pas.
On ne les voyait plus, mais leurs voix héroïques:
Chantaient de l'Éternel les sublimes cantiques:
Plus la flamme montait, plus ce concert pieux.
S'élevait avec elle, et montait vers les cieux.
Votre envoyé paraît, s'écrie.... Un peuple immense,
Proclamant avec lui votre auguste clémence,
Auprès de l'échafaud soudain s'est élancé:
Mais il n'était plus temps---- les chants avaient cessé,
Raynouard.
LA LINOTTE.
Une étourdie, une tète à l'évent,
Une linotte, c'est tout dire,
Sifflant à tout propos, et tournant à tout vent,
Quitta sa mère et voulut se produire.
Se faire un sort indépendant.
Un nid chez soi vaut mieux souvent
Que ne vaut ailleui-s un empire
Il s'agit de trouver un bel emplacement.
Ma folle un jour s'arrêta près d'un chêne.
»C'est," dit-elle, »ce qu'il me faut;
Je serai là comme une reine;
On ne pent se nicher plus *haut."
En un moment le nid s'achève:
Mais deux jours après, ô douleur!
Par tourbillons le vent s'élève,