Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
118
Rapportons-nous," dit-elle, //à Raminagrobis/
C'était un chat, vivant comme un dévot ermite,
Un chat faisant la chattemite.
Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras.
Arbitre expert sur tous les cas.
Jean lapin pour juge l'agrée.
Les voilà tous deux arrivés
Devant sa majesté fourrée.
Grippeminaud leur dit: //Mes enfants, approchez,
Approchez; je suis sourd, les ans en sont la cause."
L'un et l'autre approcha, ne craignant nulle chose.
Aussitôt qu'à portée il vit les contestants;
Grippeminaud, le bon apôtre,
Jetant des deux côtés la griffe en même temps,
Mit les plaideurs d'accord en croquant l'un et l'autre.
Ceci ressemble fort aux débats qu'ont parfois
Les petits souverains se rapportant aux rois.
La Fontaine.
L' A M B I TI 0 N.
//Pourquoi ces éléphants, ces armes, ce bagage.
Et ces vaisseaux tout prêts à quitter le rivage?"
Disait au roi Pyrrhus un sage confident,
Conseiller très-sensé d'un roi très-imprudent.
ffJe vais," lui dit le prince, «à Rome où l'on m'appelle."
— //Quoi faire?" — //L'assiéger." — //L'entreprise est fort belle.
Et digne seulement d'Alexandre ou de vous;
Mais, Rome prise enfin. Seigneur, où courons-nous?"
— //Du reste des Latins la conquête est facile."
— i/Sans doute, on les peut vaincre : est-ce tout ?" — '/La Sicile
De là nous tend les bras, et bientôt sans effort
Syracuse reçoit nos vaisseaux dans son port."
— //Bornez-vous là vos pas?" — //Dès que nous l'aurons prise
Il ne faut qu'un bon vent, et Carthage est conquise.
Les chemins sont ouverts: qui peut nous arrêter?"
— //Je vous entends, Seigneur, nous allous tout dompter;
Nous allons traverser les sables de Libye,