Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
Ill
Ath. J'entends. Mais tout ce peuple, enfermé dans ce lieu,
A quoi s'occupe-t-il?
Joas. Il loue, il bénit dieu.
Ath. Dieu veut-il qu'à toute heure on prie, on le contemple?
Joas. Tout profane exercice est banni de son temple.
Ath. Quels sont donc vos plaisirs?
Joas. Quelquefois à Tautel
Je présente au grand'pêtre ou l'encens ou le sel;
J'entends chanter de dieu les grandeurs infinies.
Je vois l'ordre pompeux de ses cérémonies.
Ath. Kh quoi! vous n'avez point de passe-temps plus doux!
Je plains le triste sort d'un enfant tel que vous.
Venez dans mon palais. vous y verrez ma gloire.
Joas. Moi, des bienfaits de dieu je perdrais la mémoire!
Ath. Non ; je ne vous veux pas contraindre à l'oublier,
Joas. Vous ne le priez point.
Ath. Vous pourrez le prier,
Joas. Je verrais cependant en invoquer un autre.
Ath. J'ai mon Dieu que je sers; vous servirez le vôtre:
Ce sont deux puissants Dieux.
Joas. Il faut craindre le mien,
Lui seul est dieu. Madame, et le vôtre n'est rien.
Ath. Les plaisirs près de moi vous chercheront en foule.
JoûM. Le bonheur des méchants comme un torrent s'écoule.
Ath. Ces méchants, qui sont-ils?
Enfin, Éliacin,vous avez su me plaire;
Vous n'êtes point, sans doute, un enfant ordinaire.
Vous voyez, je suis reine et n'ai point d'héritier:
Laissez-là cet habit, quittez ce vil métier;
Je veux vous faire part de toutes mes richesses.
Essayez dès ce jour l'effet de mes promesses :
A ma table, partout, à mes côtés assis.
Je prétends vous traiter comme mon propre fils.
Joas. Comme votre fils!
Ath, Oui: vous vous taisez?
Joas. Quel père
Je quitterais, et pour . . .
Ath. Eh bien?
Joas. Pour quelle mère! Racine.