Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
104
Fait trop souffrir mon cœur de son sang altéré.
Un je ne sais quel trouble empoisonne ma joie.
Pouiquoi dix jours encor faut-il que je le voie?
Racine, Esther.
ESTHER IMPLORE LA CLEMENCE D'ÂSSUERUS
EN FAVEUR DES JUIFS.
... 0 Dieu! confonds l'audace et l'imposture!
Ces Juifs, dont vous voulez délivrer la nature,
Que vous croyez, Seigneur, le rebut des humains,
D'une riche contrée autrefrois souverains,
Pendant qu'ils n'adoraient que le dieu de leurs pères,
Ont vu bénir le cours de leurs destins prospères.
Ce dieu, maître absolu de la terre et des cieux,
N'est point tel que l'erreur le figure à vos yeux.
L'Éternel est son nom, le monde est son ouvrage ;
11 entend les soupirs de l'bumble qu'on outrage,
Juge tous les mortels avec d'égales lois,
Et du *haut de son trône interroge les rois.
Des plus fermes États la chute épouvantable,
Quand il veut, n'est qu'un jeu de sa main redoutable.
Les Juifs à d'autres dieux osèrent s'adresser.
) Rois, peuples, en un jour tout se vit disperser!
I Sous les Assyriens leur triste servitude
î Devint le juste prix de leur ingratitude.
' Mais, pour punir enfin nos maîtres à leur tour,
j! Dieu fit choix de Gyrus, avant qu'il vît le jour,
1 L'appela par son nom, le promit à la terre,
j Le fit naître et soudain l'arma de son tonnerre,
I Brisa les fiers remparts et les portes d'airain,
,( Mit des superbes rois la dépouille en sa main.
De son temple détruit vengea sur eux l'injure.
Babylone paya nos pleurs avec usure.
I Cyrus, par lui vanqueur, publia ses bienfaits,
I Regarda notre peuple avec des yeux de paix,
i Nous rendit et nos lois et nos fêtes divines.
Et le temple déjà sortait de ses ruines.