Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
94
Le poète se leva tranquillement, ouvrit sa fenêtre
et se trouva face à face avec le voleur.
— Mon ami, lui dit-il, vous vous trompez; ce
n'est pas ici. Le banquier que vous cherchez sans
doute, est mon voisin. Là, à côte. Il doit avoir
de l'argent, lui! quant à moi, je n'en ai pas; je ne
suis qu'un poète.
Le voleur, de dief. Le poète, de dichter. Portugais, Por-
tugeesch. Modeste, nederig, Un appartement, een vertrek. Ordi-
nairement, gewoonlijk. La gouvernante, de hxiishoitdster. Ré-
veiller en sursaut, doen opschrikken. Mal, verkeerd. Renseigner,
wijzen^ inlichte^i. Tranquillement, bedaard. Face à face, tegen-
over. Le banquier, de bankier. A côté, hiernaast.
1. Torm uitdrukkingen alsj
Joseph Houxu^ poète poriufjais:
JM^illiunt i^haleespeure ^ nnfeur unfjlais.
Vervoeg in aile personen, telkens een andei' zelfst.
naamw. nemende:
Je ne suis qu^un pauvre poète*
I
94. La rose.
La petite Philippine, parée de ses habits de fête,
sortait un dimanche matin de la maison.
„Oh ! qu'elle est belle et délicate ! quelle fraîcheur
et quel éclat!" disait un étranger qui causait avec
le voisin.
Philippine lui fit une gracieuse révérence pour le
remercier de son compliment.
Mais tous les deux se mirent à rire ^ et le voisin
lui dit: „Ce n'est pas de toi, qui ejj^i vaine et
si pâle, qu'il voulait parler; mais de cette belle rose