Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
OG
72. La pluie.
Un marchand, parti de bon matin, se rendait à
la ville voisine. Il était à cheval et avait une va-
lise remplie d'or et d'argent. La pluie tombait à
torrents, et l'eau ruisselait sur les vêtements du
pauvre homme.
„En vérité," disait-il, „Dieu, qui fait tomber la
pluie quand il lui plaît, aurait bien pu m'accorder
cette journée, et attendre à ce soir pour inonder
les chemins et faire déborder les ruisseaux."
Enfin la pluie cessa, et le marchand arriva sur
le bord d'un grand bois qu'il lui fallait traverser.
Quand il fut au milieu, il vit paraître deux vo-
leurs qui lui crièrent d'arrêter; et, comme il s'en-
fuyait de tonte la vitesse de son cheval, les voleurs,
qui avaient d'excellentes carabines toutes chargées,
voulurent s'en servir ; mais la poudre avait été
mouillée par la pluie, et ils ne purent faire usage
de leurs armes.
Quand le marchand fut hors du bois, il éleva les
mains au ciel. „0 Dieu!" s'écria-t-il, „j'ai mur-
muré contre toi et contre la pluie qu'il te plaisait
d'envoyer, parce qu'elle m'incommodait dans mon
voyage ; cependant cette pluie était un bienfait :
si le temps eût été beau, la poudre des voleurs
se serait enflammée ; ils m'eussent dépouillé, tué
peut-être.
Pardonne-moi cette offense, ô mon Dieu! quels
que soient tes desseins, ils sont toujours adorables.