Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
G1
acheter une montre. Il est six heures à la mienne,
dis-moi un peu quelle heure il est à la tienne?"
Le caporal, qui devinait l'intention du roi, tire
sa balle dé son gousset et dit : „Sire , ma montre
ne marque ni cinq heures ni six heures, mais elle
m'avertit à chaque instant qu'il taut que je meure
pour votre Majesté." — „Bien, mon ami," lui dit
le roi, „prends cette montre, afin que tu puisses
voir aussi l'heure où tu mourras pour moi."
Et il lui donna sa montre enrichie de brillants.
La montre, het hoiioge. Le caporal, de korporaal. Des gardes
du corps, van de garde, lijfwacht. Rempli, vol. Vanité, ijdel-
heid. Brave, dapper. Faute de, uit gebrek aan. Une chaîne,
eene ketti7ig, keten. Attachée, vastgehecht. Une balle de fusil,
een geweerkogel. En plaisantant, schertsende. Il faut que tu sois
bien économe, gij moet wel zeer spaarzaam zijn. Dis-moi un
peu, zeg me eens even.' Devinait, ried, raadde. L'intention, de
bedoeling. Tire, haalt. Le gousset, de vestzak. Marque, wijst
aan. Avertit, waarschuwt. Qu'il faut que je meure, dat ik ster-
ven moet. Prends, neem. Afin que tu puisses voir, opdat gij
zien kunt. Où tu mourras, waarop gij zult sterven. Enrichie de
brillants, met diamanten omzet.
1. Vervoeg: ,Te tire ma montre de mon gousset in
aile personen.
3. Sclirijl liet meervoud van: ITn garde du corps,
une chaîne de montre, une balle de fusil, son gousset,
cette montre.
68. Le lion et le lièvre.
Un lion honorait un lièvre de son intimité.
„Mais," lui dit un jour le lièvre, „est-il bien vrai,
messieurs les lions, que le chant d'un misérable coq
vous met en fuite?"