Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
63
Mais la morte, s'étant soulevée, le regarda fixe-
ment , et lui dit d'une voix sépulcrale, „ Que veux-
tuf'' Frappé de terreur, le voleur prit prompte-
ment la fuite.
La demoiselle, qui avait paru morte, sans l'être
effectivement, sortit de la fosse, saisit la lanterne que
le fossoyeur avait laissée, et s'en retourna chez elle.
Loi-squ'elle entra, ses parents ressentirent d'abord
une terreur inexprimable, qui se changea bientôt
en la plus vive allégresse.
Enterrée vivante, levend hegraven. Une demoiselle, eene joi^ge
maagd. Morte, gestorven. Son printemps, hare lente , hare jeugd.
Mit, legde. Cercueil, kist. Vêtue, gekleed. Les cheveux enla-
cés d'un cordon de fines perles, met een fraai parelsnoer in 't haar.
En outre, bovendien. Une bague, een ring. Ornée, versierd.
Une pierre précieuse, een edelgesteente. Le fossoyeur, de dood-
graver. Se glissa, sloop, he cimetière, het kerkhof. La lanterne,
de lantaarn. La fosse, de A;t(i7. Dépouiller, beroouen. Le cadavre,
het lijk. La parure, de opschik, het tooisel. Soulevée, opge-
richt. Fixement, strak. Une voix sépulcrale, eene holle stem.
La terreur, de schrik. Le voleur, de dief. Prit la fuite, nam
de vlucht. Promptement, haastig. Effectivement, werkelijk. Saisit,
nam. Ressentirent, gevoelden. Une terreur inexprimable, een
' onbeschrijfelijke schrik. Vive allégresse , levendige vreugde.
1. Vervoeg: .F'ui à mu main droite une bague pré-
cieuse in aile persouen.
3. Verimig: ite fines perles eu des pierres pré-
cieuses.
Sclirijf iu volgorde: Mes parents désolés eu7..
66. L'Hôtel.
Tous les voyageurs qui arrivent à la ville par
le chemin de fer, par la diligence ou par les om-