Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
58
sérieux : „Je voudrais savoir si c'est le crâne d'un
prince ou d'un mendiant, mais je n'en puis venir
à bout."
L'ermite, de kluizenaar. Fier de, trotsch op. La beauté,.
de schoonheid. Le rang, de rang. Alla, ging. Chasser, jagen.
La contrée solitaire, de eenzame streek. Au milieu, te midden.
Aperçut, bemerkte. Assis, gezeten. Une cellule, eene cel. Con-
sidérait, beschouwde. La tête de mort, het doodshoofd. La gra-
vité, de ernst. S'approchant, naderende. Le vieillard, de grijs-
aard. Un air moqueur, ee^i spottende toon. Considérez-vous,
beschouwt gij. Attention, oplettendheid. Y découvrir, er in, er
aan ontdekken. Regardant, aanziende. Air sérieux, ernstig. Je
voudrais savoir, ik zou wel eens willen weten. Le crâne, de
hersenpan, de schedel. Un mendiant, een bedelaar. Je n'en puis
venir à bout, het wil mij niet gelukken.
1. Vervoeg de regelmatige werkwoorden op er en
evoir, die in dit stukje voorkomen, in den Vas»ê déflnt.
3. Verbuig I Hon air sérieux en cette contrée so-
litaire.
3. Sclirijf in volgorde■ ülon air moqueur, ton air
moqueur enx.
65. La jeune fille enterrée vivante.
Une jeune demoiselle était morte dans son prin-
temps; on la mit dans un cercueil, vêtue de blanc,
et les cheveux enlacés d'un cordon de, fines perles,
et en outre elle avait à sa main droite une bague
ornée de pierres précieuses.
Les parents désolés la firent déposer dans la tombe
avec tous ses ornements.
La nuit suivante le fossoyeur se glissa dans le
cimetière avec une petite lanterne, et ayant ouvert
la fosse, il voulut dépouiller le cadavre de sa parure.