Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
45
van groote waarde. Rentra, kwam weer binnen. La suite, het
gevolg. Se fit apporter, liet zich brengen. Un vase, een pot.
Plein, vol. Le son, de zemelen. Ordonna, beval. Chacun,
ieder. Y mit, er in steken zou. Fermé, gesloten. Retirât, zou
terug trekken. Commença, begon. La cérémonie faite, de plech-
tigheid afgeloopen zijnde. Vider, leegmaken. Le comptoir, de
toonbank. Retrouvé, weergevonden.
1. Vervoeg Toliiit den Vus»é défini van al de regel-
matige werkwoorden op er, die in bovenst, stukje voor-
komen. iTjeerc. 2e ut. Hlx. 56.)
53. Le laboureur et ses enfants.
Travaillez, prenez de la peine, c'est le travail
qui donne le revenu le plus assuré.
Un riche laboureur, étant sur le point de mourir,
fit venir ses enfants auprès de son lit, et, lorsqu'il
fut seul avec eux, il leur dit: „Quand je serai mort,
gardez-vous de vendre le champ que nous ont
laissé nos pères ; un trésor y est caché ; je ne sais
pas l'endroit, mais avec un peu de courage vous
finirez par le trouver. Kemuez le champ dès que
vous aurez fait la mioisson ; bêchez, creusez, fouil-
lez; ne laissez aucun endroit on la main ne passe
et repasse."
Après la mort du père, les enfants prirent des
bêches et des hoyaux, et se mirent à retourner le
champ de tous côtés.
A la vérité, ils ne trouvèrent point de trésor,
mais la terre, qui avait été si bien remuée, pro-
duisit du blé en abondance.
Alors les enfants comprirent que le travail était
le trésor dont leur père avait voulu parler.