Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
116
Car enfin tous les tiens, ton père, ton grand-père,
Dans leur frêle vaisseau ont rencontré la mort.
— Où les vôtres, monsieur, ont-ils fini leur sort ?
Auraient-ils eu des destins moins contraires ?
— Vraiment! ils sont morts dans leur lit.
Eh ! comment osez-vous y passer une nuit,
S'il fut dans tous les temps le tombeau de vos pères?
Détourner, afraden, afbrengen, lémémive, vermetele. Prêle,
broos, zvuak. Contraire, droevig, nadeelig. Destin , lot.
1. Vervoeg partir In «len Prés, en Passé déf. de l'Ind.
b.v. Je pars l'Ol Êt l'Amérique, tu pars POUM les
Indes enz.
3. Vervoeg: Oit vais-Jef enz.
3. Knnt gij bovenstaand versje In eenvoudig proza we-
dergeven? Beproef liet eens.
4. Vertaal in 't Franseli : Een matroos vertrok naar
Amerika. Zijn vader en grootvader waren op zee gestor-
ven. Als ik in uwe plaats ware. Ik zon nooit naar bed
gaan. Mijn grootvader is op zijn bed gestorven. Deze veld-
lieer is op het bed van eer iau champ d'honneur) gestorven.
114. Le dîner dans la cour.
Un domestique avait un maître qui n'était jamais
content. I{ien n'était fait comme il fallait: on se
levait trop tard, on se couchait trop tôt ; tantôt on
était trop gai, tantôt trop triste, les habits n'étaient
jamais assez bien nettoyés, le domestique annonçait
des visites quand le maître ne voulait point en rece-
voir , et quand le maître était disposé à voir du
monde chez lui, il n'en venait point. Tout cela était
la faute du domestique. Quand le domestique servait
à dîner lentement, qu'un plat se faisait attendre, le
maître était pressé, et quand on servait prompte-