Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
113
C. Ce ne sont que quatre lignes:
Monsieur,
Comme nous faisons demain une partie de campagne,
papa vous prie de ne pas venir pour notre leçon
d'anglais; mais nous aurons l'honneur de vous attendre
mardi prochain. Je suis avec respect, monsieur.
Votre élève dévoué
Charles.
Je ne sais si j'ai des pains à cacheter.
L. Tiens, voilà de la cire d'Espagne ; je vais allumer
la bougie; cherche ton cachet pendant ce temps-là.
C. Que je suis étourdi! j'ai oublié de dater ma
lettre. Quel quantième avons-nous?
L. Attends: c'était lundi le huit, c'est aujourd'-
hui le onze.
C. Bien, je te remercie. — C'est plié, maintenant
l'adresse. — C'est ça, cachetons notre lettre.
L. Prends garde d'effacer l'adresse.
C. N'aie pas peur, j'ai mis du papier brouillard
dessous. Maintenant je vais courir bien vite à la
poste, je crains qu'il ne soit trop tard.
L. Il n'est pas encore une heure et demie. Tu
as encore le temps. Ne cours pas trop vite.
Tard, laat. Je croyais, ik dacht. Midi, middag (12 uur).
Ecrire, schrijven. Le dîner, het middagmaal, eten. Veux-tu,
wilt gij? Tu sais, gij weet. Prévenir, waarschuwen. Pourrons
prendre, zullen kunnen nemen. La petite poste, de stadspost.
Pourrais-tu, kunt gij? Prêter, leenen. Du papier à lettres, post-
papier. Volontiers, volgaarne. Une plume d'oie, eene veeren pen.
Une plume métallique, eene stalen pen. Un porte-plume, een
pennenhouder. Laisse-moi, laat mij begaan. Je m'embrouille, ïk
raak in de war. Sans cela, anders. Une sottise, eene dwaasheid.
Valkiioff, Premières lectures françaises, ISième édition. 8