Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
109
A peine fut-il arrivé au milieu de ses nouveaux
camarades, qu'il les mécontenta tous avec ses grands
airs de prince royal. Il commença par se choisir
pour compagnons et bons amis ceux des écoliers
qui étaient les mieux mis et les plus distingués.
Tout cela, mes enfants, vous indigne fort contre
Ernest, si orgueilleux, si fier, si vain, et, disons
le mot, si sot et si ridicule. Cependant, ne vous
hâtez pas de le prendre en haine ; vous l'aurez
bientôt en pitié. Écoutez plutôt.
Un défaut, een gebrek. Insupportable, oridragelijk. Tout le
monde, iedereen. Unique, eenig. Une pension, eene kostschool.
Hautain, trotsch. Vaniteux, ijdel. Céder, wijken. Gâté, be-
dorven. Bizarre, grillig. Qu'il aurait fallu la lui donner, dan
had men ze hem moeten geven. Au risque de, op gevaar af van.
Vilain, leelijk. Transformé, veranderd. Un tigre, een tijger.
Mécontenter, verdriet aandoen, misnoegen verwekken. Royal,
koninklijk, vorstelijk. Mis, gekleed. Distingué, voornaam. In-
digner, de verontwaardiging opwekken. Ridicule, belachelijk.
Prendre en haine, haten.
1. Schrijf de bijv. iiaamw. van dit lesje in de trappen
van vergelijking.
3. Geef van eiken volzin het onclerwerp (sujet) op.
3. Vervoeg: JJE FUH AHRIVK au milieu de JŒJBS
nouveaux camarades, in alle personen van den Passé
défini. ___
108. Suite.
Un jour que tous les élèves du pensionnat étaient
allés à la promenade, Ernest (c'était son habitude)
se prit de querelle avec son voisin de classe, celui
avec lequel il se trouvait alors en rang.
La dispute était vive; et lorsque la troupe joyeuse
fut arrivée au lieu du rendez-vous,
La rage se trouvait k son faîte montée.