Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
107
l'étude l'amuse, la lecture le délasse, le travail est
un plaisir pour lui ; il trouve tout facile ; et il réussit
dans les choses les plus compliquées ; aussi ses cama-
rades l'estiment, son maître le récompense ; sa mère,
qui est heureuse de sa bonne volonté, lui adresse
des éloges : ce sera plus tard un savant modeste ; car
la modestie est la compagne ordinaire du savoir, ou,
pour nous servir des paroles du Sage : La modestie
et le talent marchent toujours de compagnie.
J'envie le sort d'un semblable enfant ; et qui ne l'en-
vierait , si l'on considère qu'une bonne éducation est
la source de la vertu et le germe de tous les biens?
Laborieux, werkzaam. Occupé, bezig. Appliqué, vlijtig.
S'écouler, verhopen. Eapidement, snel. Court, kort. L'étude,
de studie. La lecture, het lezen. Délasser, ontspannen. Il réus-
sit, hij slaagt. Compliqué, samengesteld. Estimer, achten. Adres-
ser , richten. L'éloge, de lof. Un savant, een geleerde. La
modestie, de zedigheid. La compagne, de gezellin. Le savoir,
de wetenschap. Marcher de compagnie, te zamen gaan. Le sort,
het lot. Envier, benijden. La source, de bron. Le germe, de kiem.
1. Zet In alle personen: Ij'étude m'amute, la lec-
ture me délusse, le travail est un plaisir pour moi
et Je réussis dans toutes mes affaires, t
106. L'écolier paresseux.
Je hais un mauvais élève, toujours oisif, disirait
inappliqué; il trouve que les heures s'écoulent trop
lentement., car le temps ma^employé paraîtl'étude
l'ennuie, la lecture le fatigue., le travail est uwq peine
pour lui ; il trouve tout dijjicile, et il échoue dans les
choses les plus simples; aussi ses camarades le mé-
prisent , son maître le punit ; sa mère, qui est malheu-