Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
105
spit. Un goutteux, een jichtige. Un fauteuil, een leuningstoel.
Confesser, belijden. Avouer, bekennen. Publiquement, openlijk.
Faussement, valsch. Sortit, verliet. Librement, vrij.
1. Terroeg In alle personen:
C^était moi qui ètai» un menteur, telkens liet naam-
woord door een ander vervangende.
104. Le poulain.
M. de Brinck se rendit un jour à l'improviste à sa
maison de campagne. Il était un matin à la fenêtre,
lorsqu'il vit dans son plus beau champ de blé un
poulain d'un an, qui, caracolant fièrement et faisant
de fréquentes ruades, y causait un grand dégât.
„Qu'est-ce que cela?" dit-il à son concierge, „pour-
quoi ne fait-on pas plus d'attention à ce jeune che- ^
val?" Le concierge s'inclina et répondit: „Le pou-
lain ne nous appartient pas, c'est celui du moulin ;
je vais bien vite le chasser du champ et donner une
réprimande au négligent meunier."
Le soir , M. de Brinck passa devant le moulin,
vit le meunier sur la porte et lui dit : „Si j'aperçois
encore ton poulain dans mon champ, je l'étends
mort, sans autre forme de procès."
Le meunier répondit en riant: „Votre seigneurie
peut le faire hardiment, et je ne m'y oppose pas."
Le lendemain le poulain posait de nouveau dans olA
le champ. '
„Ah!" dit le seigneur, „le meunier veut se moquer
de moi!" Il prit son fusil suspendu à la muraille
et tua le poulain sur place.
Bientôt tous les domestiques, ainsi que les servan-
tes , se réunirent sous la fenêtre de leur maître.
N