Boekgegevens
Titel: Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Auteur: Valkhoff, J.N.
Uitgave: Groningue: P. Noordhoff, 1890
15e éd; Oorspr.: 1874
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: NOK 09-1208
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202089
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Premières lectures françaises: servant d'introduction au "Manuel de lecture et de conversation"
Vorige scan Volgende scanScanned page
98
Il écrivit à Sully la lettre suivante:
„Je suis fort près des ennemis; je n'ai presque
plus un cheval pour combattre ni une armure com-
plète pour ma personne.
„Mes chemises sont toutes déchirées, mon linge
est en haillons, mes habits sont troués au coude.
„Ma marmite est souvent renversée.
„Depuis deux jours je dîne et je soupe chez mes
amis; je n'ai plus d'argent pour ma table ni pour
mes gens qui ne sont pas payés depuis six mois."
Quelques jours après il prit la ville, fut maître du
royaume et régna pour le bonheur de son peuple.
La détresse, de nood. S'étaient emparés, zich hadden meester
gemaakt. Fit le siège, sloeg het beleg. Durer, duren. Lui
manquait, begon hem te ontbreken. Il écrivit, hij schreef. Près
de, bij. Combattre, streden. Une armure, eene wapenrusting. Le
linge, het linnengoed. En haillons, in lompen. Troués, met
gaten. Le coude, de elleboog. La marmite, de kookketel- Les
gens, de bedienden. Maître, meester. Le royaume, het konink-
rijk. Régner, regeeren. Le bonheur, het geluk.
1. Torm zinnen als:
Jfta marmite est souvent renversée, b.T. Va maison
est souvent fermée enz.
3. Tervoeg: Je ne suis pas payé depuis un mois in
aile personen, telkens een nieuw telwoord nemende.
98. Le petit chien.
Une demoiselle, nommée Caroline, alla se pro-
mener un jour sur le bord d'un ruisseau.
Elle y rencontra quelques méchants enfants qui se
disposaient à noyer un petit chien ; elle eut pitié de
la pauvre bête, l'acheta, et l'emporta au château.
miÊm