Boekgegevens
Titel: Fransche spreekoefeningen tot gelijktijdige beoefening van de spraakkunst en de gesproken taal: middelcursus
Auteur: Storm, Johan; Robert, C.-M.
Uitgave: Groningen: J.B. Wolters, 1892
2e Ned., herz. uitg.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8245
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201890
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Fransche spreekoefeningen tot gelijktijdige beoefening van de spraakkunst en de gesproken taal: middelcursus
Vorige scan Volgende scanScanned page
240 AANHANGSEL.
beide gebruikelijk. Vgl. bij Dumas fils: N'en veuillez pas
à votre fils (Théâtre, III, 85). — In het enkelvoud is ne
m'en veux pas volgens Darmesteter e. a. de alleen gebrui-
kelijke vorm. Malot: Je t'en p7-ie, ne m'en veux pas (Am.
de Jacques, 171; Le docteur Claude, 368). Daarentegen in
den bevest. imper, gewoonlijk slechts vetnlle, veuillez. Zoo
bij Dumas fils: Veuillez fortement, et vous serez secourue
(L'Étrangère, II, 4, geciteerd door Robert, Gr. franç.,
2« éd., p. 347).
64. Comment va madame Gautier? — Comment va votre femme?
alleen onder vrienden; vgl. Dumas; La chambre de votre
femme est là (Théâtre, VI, 104); doch anders: Comment
va 7nadame X. ? met den familienaam. Zelden, en dan
meest schertsend of komisch: 7nadame votre épouse, mevrouw
uwe echtgenoote; vgl. Dumas, Théâtre, VI, ro3 : Madaf/ie
votre épouse vous a préve7iu ? — Votre dame is min of
meer plat. Vgl. Comtesse de Bassanville, Almanach du
Savoir-Vivre, 15: Vous entendez tous les jours dire par
des personnes du 7/ionde : ,J'ai rencontré monsieur U7i tel
avec sa da7ne." — Mais dites donc sa fem7ne, si vous
voulez parler le la7igage de bo7tne cotnpagnie. Ou encore:
„Madame X. est venue 7ne voir hier avec sa demoiselle." —
Sa fille, s'il vous plait. Voilà ce qu'il faut dire. De
7néme, il faut dire qu'on a assisté à un dîner ou à une
réunion d'hommes ou de fe7n7nes, et non de 7/t es-
sieur s et de dames. On detnande à quelqu'un des 7iouvel-
les soit de sa fe 7717/1 e, si l'07i est assez intitne pour cela,
soit de madame . . . . {c7i y ajoutant le 710m du mari),
mais jamais des 7iouvelles de sa dame. On dit encore:
vos petites filles, mesdetnoiselles vos filles, vos jolies petites
filles, etc., mais ja7nais vos petites demoiselles, votre
dame et vos demoiselles, toutes locutions qui se7ite7it
ranticha77ibre.
65. Ce malade ne pense qu'à lui[-même]. — Lui\-7nd7né\ is de
gewone uitdrukking, doch men kan ook jö/zeggen. About:
II ne coitipte que sur soi, ne s'attend qu'à soi (Roi des
mont., 17). — Intusschen wordt soi met betrekking tot een