Boekgegevens
Titel: Esprit de la conversation française: recueil de gallicismes
Auteur: Peschier, Adolphe; Gram, Johan
Uitgave: Leide: D. Noothoven van Goor, 1879 *
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7238
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201633
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
* jaar van uitgave niet op de gebruikelijke wijze verkregen, mogelijk betreft het een schatting
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esprit de la conversation française: recueil de gallicismes
Vorige scan Volgende scanScanned page
AVANT-PROPOS.
VIT
la forme la plus compacte et la plus précise, et cette précision même
est pour ainsi dire, le caractère distinctif, le cachet de la nation.
L'effroi des répétitions, des longueurs, des phrases parasites y fait seule
la police des entretiens. En outre, comme la construction directe de la
période française en découvre le sens dos les premiers mots, l'orateur
est forcé de donner à son langage Tagilité de la pensée, sous peine
de se voir couper la parole et de ne plus être écouté. C'est peut-être
ce qui a fait dire à Madame de Staël : y)Le mérite des Allemands est de
bien remplir le iemps^ le talent des Français est de la faire oublier^
Dans le but de faciliter aux étrangers l'étude des finesses et des
tournures originales de notre langue, nous avons rassemblé quelques
milliers de phrases plus ou moins caractéristiques empruntées au
vocabulaire des entretiens journaliers, de locutions familières et d'ex-
pressions usuelles, bref, ce qu'on pourrait nommer la monnaie courante
de la conversation. Nous n'avons pas tendu la main aux premières
venues, enfants perdus de la langue française, comme le font tant
d'auteurs de soi-disants Guides ou Manuels de la conversation^ qui ne se
mettent nullement en frais pour remplir leur cadre, et qui, dans leur
zèle à satisfaire Tappétit littéraire de leurs lecteurs, ouvrent leur porte
à deux battants, sans trop s'inquiéter quels mets ils serviront au ban-
quet. Nous n*avons pas garni nos pages de ces exemples sans valeur
et sans portée qui ne prouvent rien, qui n'apprennent rien, qui ne
signifient rien, ou qui se bornent à traduire les soins du ménage et
les opérations gastronomiques: détails mesquins d'une vie toute positive,
dont Fexposé minutieux défie malaisément la raillerie. Quel profit un
étranger peut-il retirer d'une cohue semblable de locutions, non pas
familières, mais communes, non pas fines et élégantes, mais raides et
guindées, et d'une trivialité à faire envie au rédacteur anonyme de la
Cuisinière bourgeoise, quand elles ne sont pas d'une pédanterie à faire
tressaillir d'aise un grammairien?
Notre recueil est un inventaire des richesses de la conversation
française que nous offrons à nos lecteurs, un inventaire de ses délica-
tesses, de ces phrases parlées difficiles à recueillir, de ces phrases qui
se disent et ne s*écrivent pas, et que Ton glane çà et là dans les cercles
où les amours propres sont en jeu, au milieu du feu roulant des épi-
grammes et des saillies, et partout où des hommes aguerris à ces joutes,
des femmes ingénieuses et oisives, s'agitent et font assaut d'esprit.
Nous avons classé par ordre alphabétique ces locutions figurées,
en faisant ressortir, par le soulignement, le mot de la phrase où éclate
le génie de notre idiome. En outre, une part très-large a été faite aux
prépositions, qui, dans toute langue étrangère, sont une source de diffi-
cultés et par suite, d'erreurs.
Pour rompre la monotonie inséparable d'une collection de phrases
sans liaison logique entre elles, et pour répandre plus de variété et