Boekgegevens
Titel: Esprit de la conversation française: recueil de gallicismes
Auteur: Peschier, Adolphe; Gram, Johan
Uitgave: Leide: D. Noothoven van Goor, 1879 *
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7238
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201633
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Leermiddelen (vorm)
* jaar van uitgave niet op de gebruikelijke wijze verkregen, mogelijk betreft het een schatting
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esprit de la conversation française: recueil de gallicismes
Vorige scan Volgende scanScanned page
162
Attente.
Qui, diable! aussi pouvait s'y at-
tendre ? .. . c'est renversant !
Je m'attends chaque minute à
entendre sonner.
Attendez-moi sous l'orme. ^ iron.
Nous n'attendons personne à cette
heure.
Qu'avais-je à attendre ? ... les dé-
dains ou l'inditférencc de l'amitié.
Me faire attendre trois heures
(l'arrache-pied !... cela passe toutes
les bornes.
Voilà parler cela! ^ je n'attendais
pas moins de vous.
Avec votre lenteur vous me feriez
damner. ^ — Aussi vous êtes d'une
impatience !
Je ne reviendrai que dans huit
jours. — Quelle longue attente!
A quoi bon attendre ? . . . prenons
les devants.
Vous m'avez fait croquer le mar-
mot ^ pendant deux heures. — Je
vous en demande bien pardon.
Attendez !... je vais monter en
croupe.
Une heure ! et ce damné peintre
qui n'arrive pas !
Vous m'avez fait attendre plus
d'une heure.
Diable ! il ne faut pas faire atten-
dre ma chère moitié. .. elle a un
])eu d'humeur.
Verwachting.
"VVie drommel! had dat kunnen ver-
wachten ?... dat is om dol te worden!
Ik denk elk oogenblik dat men
zal bellen.
Daar kan je lang op wachten.
Op dezen tijd verwachten wij
niemand.
Wat had ik te verwachten ?. . .
de minachting of onverschilligheid
der vrienden.
Mij drie volle uren te laten wach-
ten !,. . dat gaat alle grenzen te
boven.
Dat heet eerst spreken! Ik ver-
wachtte niets minder van u.
Met uw talmen haalt ge mij 't
bloed uit de teenen. — Gij zijt dan
ook z66 ongeduldig!
Ik zal eerst over acht dagen terug-
komen. — Wat een langen tijd om te
wachten !
Waartoe te wachten ? ... laten we
vooruitgaan.
Gij hebt mij twee uren lang laten
wachten. — Ik vraag u verontschul-
diging^.
Wacht even !... Ik zal achterop
gaan zitten.
Heeds een uur en die verwenschte
schilder komt maar niet!
Gij hebt mij over 't uur laten
wachten.
Drommels! ik' moet mijne dier-
bare wederhelft niet op mij laten
wachten... zij is wat gemelijk.
1 C'était sous quelque gros arbre, ordinairemeut sous un orme, planté devant la
porte de l'église ou du manoir seigneurial, que se tenaient les assises judiciaires.
C'était là aussi que se payaient les redevaBces et dettes. Sans doute les assignés
manquaient souvent à l'appel, de là vint l'expressiou ci-dessus.
8 Tour : voilà ce qui s'appelle 'parler l
3 Nous avons déjà signalé l'exagération habituellfe au caractère français et l'emploi
de formes si disproportionnées avec le sujet auquel elles s'appliquent, qu'une traduc-
tion littérale dans une langue étrangère serait à peine supportable. Faire damner,
c'est causer un dépit naortel, une impatience excessive.
Croquer le marmot^ c'est attendre longtemps. On donnait autrefois ce nom à la
serrure ou au verrou des châteaux forts ; les vassaux qui allaient rendre hommage à
leur seigneur, étaient tenus en l'absence de celui-ci, de baiser le marmot de la porte.
Les Italiens disent, dans un sens analogue, mangiare i catenacci, manger les cadenas
uu les Verrous.