Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 89 ) "
qu'il venait à leur secours. «Vous êtes donc un
envoyé du ciel, djt l'un d'eux en ôtant respec-
tueusement son chapeau et en le regardant
avec la plus grande surprise. Tout secours
vient du ciel, reprit Robinson; dites-moi seu-
lement comment je puis vous aider? Je sui^r
le capitaine du navire que vous voyez-là,
nrépondit-iL «Mes matelots se sont révoltés
pour s'emparer du vaisseau ; leur dessein é-
tait d'abord de me donner la mort et de
la donner aussi aux deux compagnons de
mon infortune pour avoir blâmé leur conduite ;
ils se sont enfin laissés fléchir et nous ont
fait grâce de la .vie, mais cette grâce est
presque aussi terrible que la mort. Ils nous
relèguent dans cette île déserte, où , manquant
de tout, nous sommes condamnés à périr de
misère. —Je n'épargnerai ni mon sang, ni ma
vie, pour vous tirer de cette extrémité, re-
partit Robinson^ mais quand même vous se-
riez obligés de rester dans cette île, vous ne
péririez pas de misère. Dieu nous a soigpés
depuis bien longtemps moi et mon ami, et
nous soignerait encore tous ; mais plutôt je
tâcherai de vous aider, so^ la condition ce-
pendant que , si je réussis à vous remettre en
possession de votre vaisseau, vous nous con-
duirez en Angleterre, moi et mon compagnon.»
Nous serons absolument à vos ordres, répon*
dit le capitaine. Robinson donna alors à cha-
cun un fusil et un sabre. «Vos assassins dor-
ment, dit-il, éloignés les uns des autres. Tâ-
chons de les réduire sans répandre leur sang
et de les ramener à leur devoir. »
LI.