Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
i
( 88 )
de Ceux qui e'taieut armes; il se jeta à leurs
pieds dans la posture d'un suppliant. Les deux
autres levaient de temps en temps les mains
au ciel, comme pour implorer son secours,
liobinson ému et troublé à ce spectacle ne
savait que penser. Vendredi s'approcha de
son maître d'un air de triomphe et lui dit:
«Eh bien ƒ je vois que tes compatriotes man-
gent aussi leurs prisonniers î» «Va,* lui répondit
liobinson avec un peu d'humeur, »ils n'en fe-
ront rien, je suis sûr qu'il ont un autre but,
et il continua de les observer avec une lunet-
te d'approche.
Ce ne fut pas sans frémir qu'il vit quelques-
uns de ceux qui étaient armés, lever à plu-
sieurs reprises le sabre sur la téte de celui
qui était à genoux devant eux. Enfin il re-
marqua que les prisonniers restaient seuls ; tan-
dis que les autres se dispersaient dans le bois.
Robinson prit la résolution de tout risquer pour
secourir ces infortunés. Il envoya aussitôt
Vendredi chercher des fusils , des sabres, de
la poudre à canon et des balles. Robinson
resta pour continuer d'examiner ce qui se pas-
sait. Vendredi ayant exécuté sa commission ,
et toutes les armes à feu se trouvant char-
gées, ils remarquèrent avec satisfaction que
les mateloîs dispersés se couchaient à l'ombre
de côté et d'autre, et qu'ils s'endormaient peu
à peu. Robinson, après avoir attendu plus
d'im quart-d'heure, «'avança vers les trois in-
fortunés, encore assis au même endroit. En
voyant Robinson ils voulurent prendre la fuite.
Mais il leur dit de ne rieu craindre et les assura
qu'il