Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 86 ) "
entre see mains pour qu'il tirât lui-même.
Mais Vendredi e'tait encore trop effrayt; pour
le faire. Ce fut donc Robinson qui déchargea
le fusil une seconde fois, au grand étonnement
de Vendredi,
Le lendemain ils se levèrent de grand ma-
tin,. pour retourner au vaisseau échoué. Y
étant arrivés, examina Tétat du na-
vire; il trouva que Teau gênait, et que les
vagues et les frottemens contre des rochers ,
avaient déjà détaché plusieurs planches des deux
côtés du vaisseau. Il prévit que la première
tempête achèverait de le briser. C'est pour-
quoi il emporta tout ce qu'il put dans son île.
Ce que Robinson avait prévu arriva. Peu
de jours après survint un grand orage qui mit
le vaisseau en pièces.
Un matin Robinson envoya Vendredi au
bord de la mer chercher des tortues Après
une assez courte absence, il revint à toutes
jambes -dire à son maître qu'un grand canot
s'approchait de leur île. A cette nouvelle Ho-
binson prend 1rs lunettes d'approche qu'il avait
trouvées dans le vaisseau et se bâte de monter
sur la colline. Vendredi le suit. Quand ils
y fiirent arrivés ils aperçurent, à la distance
d'environ deux lieues, un gros vaisseau euro-
péen à l'ancre et une chaloupe qui s'avançait
vers leur île. La joie et la crainte s'empa-
rèrent tour - à • tour de Tame de Robinson :
la joie à la vue d'un bâtiment qui lui procu-
rerait peut - êîre sa délivrance: la crainte par-
ce que ce pouvait être un vaisseau de pirates.
Dans les premières années de son séjour dans
l'île,