Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 83 ) "
remis à flot. En ce cas il était toUt décidé à
s y embarquer avec Vendredi., et à faire voile,
sinon pour l'Europe, du moins pour quelque
colonie européenne en Amérique. Il fît le
tour du'navire avec son radeau, et sonda le
fond de la mer aux environs; mais il vit
avec chagrin, qu'il fallait renoncer à l'es
j)érance de revoir jamais le vaisseau à flot.
La tempête l'avait jeté entre deux rochers,
où il était tellement engagé qu'il • n'y avait
aucune possibilité de le faire avancer ni re-
culer. Il se hâta de monter à bord, pour
examiner en quoi consistait la cargaison, et
si elle n'était point endommagée. Il y trouva
des provisions de biscuit, de ris, de farine,
de froment, de vin, de poudre à canon, de
balles; quelques canons, des fusils, des pisto*
lets, des sabres, des haches, des tenailles ,
des barres de fer, des clous, des couteaux,
etc. Il y avait aussi des caisses remplies d'ha-
bits, et quantité d'autres choses. Il emporta
dans ce premier voyage deux barils, l'un de
poudre à canon et l'autre de grenaille de
plomb ; deux épées et deux couteaux de chas-
se, deux habillemens complets, l'un pour lui,
l'autre pour Vendredi; quelques chemises , et
tout ce qui sert à bâtir.
11 employa tant de temps à visiter le vais-
seau, à ouvrir et vider les caisses, à choisir
et k placer sur le radeau ce qu'il voulait em*
porter, que lorsque tout fut fini, la marée
monta. Ils en profilèrent et furent douce-
ment entraînés par le flux du coté de l'île,
où ils arrivèrent bientôt. Vendredi fut ti'ès-
F 2 eu-