Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 8i )
Arrivé sur le tlllac, il fut effrayé à la vue d'un
animal qui lui était inconnu et qui était cou-
vert d'un poil noir et frisé. (2) Aussitôt qu'il
eût apei'çu fendredi, il poussa des cris per-
çans, mais bientôt il se tut et se montra si
doux, si caressant, que Vendredi ne le crai-
gnit plus. Cet animal s'approcha d'une manière
si liuitible, en poussant des hurlemens si plain-
tifs qu'il comprit qu'il implorait son secours et
sa protection. Vendredi continua d'appeler du
monde mais personne ne se présenta. Comme,
il était occupé à admirer la plupart des objets
surprenans qui s'offraient à ses yeux sur le tillac,
il reçut par derrière un coup si rude, qu'il
tomba de tout son long. Il se relève plein
d'effroi, jette les yeux autour de lui, reste
consterné en apercevant un animal à cornes
recourbés ayant une longue barbe. Il se jeta
à la mer et le barbet s'y jeta après lui.
Vendredi entendant derrière lui le bruit de la
chute du barbet dans l'eau, s'imagina que c'é-
tait le monstre cornu qui le poursuivait; il en
fut tellement saisi de frayem', qu'il se trouva
presque hors d'état de nager. Etant arrivé au
i-ivage, il tomba évanoui aux pieds de Robin-
son qui n'épargna rien pour le faire revenir à
lui. Il le frotte, le secoue , l'appelle à haute
voix par son nom, mais Vendredi tarda long,
temps à ouvrir les yeux et à donner quelques
1 signes de vie. Dès qu'il fut en état de parler
i il se mit à raconter la terrible aventure qui
' venait de lui arriver: il ajouta qu'il croyait
F que
(a) Citait un barbet.