Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 8o )
XL VIL Leçon.
Au trouble et à rcmpressemeut de son maî-
tre , Vendredi crut que les sauvages venaient
d'aborder dans leur île. Il prit aussi ses ar-
me» et le suivit en toute diligence. Us firent
au moins quatre lieues de chemin avant d'ar-
river à l'endroit du rivage le plus voisin de
celui où le vaisseau paraissait à Tancre. Robin'
son exprimait sa joie, tantôt en sautant, tan-
tôt en embrassant Vendredi qu'il pria d'allumer
Lien vite un feu qui pût être vu des gen| du
navire. En peu d'instans la flamme s'éleva à
hauteur des arbres. Il espérait à voir arriver
une chaloupe, mais en vain.
Après quelques heures d'attente, Vendredi
offrit de se rendre au vaisseau à la nage, quel-
que éloigné qu'il fut, et d'inviter les gens de
1 équipage à venir à terre. Robinson y cou-
sentit, à condition qu'il am'ait soin de ne pas
s'exposer témérairement et qu'il ne négligerait
rien pour conserver sa vie. Aussitôt Vendredi
ôte son habit ; il coupe un rameau , le prend
à la bouche(i) et s'élance sur les flols. Robin*
son le suivait des yeux et faisait pour lui les
vœux les plus ardens.
Vendredi arriva heureusement près du navi-
re , en fit plus d'une fois le tour à la nage ,
appela quelqu'un, mais personne ne lui ré-
pondit. Apercevant l'échelle qui pendait d'un
côté , il y monte , son rameau à la main.
Ar-
(x) TTne branche d'arbre verte est chei les sauvages un
signe de paix ; celui qui s'approcbe d'eux j un rataeau la
main, n'a rien h craindre.