Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 76 ) "
s'élever b gros bouillons, op- loul interdit , gcheel onlstchl.
wpïhn explication,' verklaving.
wellen
se -répindre , overloopen,
fond , bodem . groniL
efTroi, schrik.
dire, aanzetten ^ drijven,
forcené, uitzinnige.
vacarme, getier.
encbanté, bétooverd.
conversation, gesprek.
société, gezelschap.
fouir, uiigrauen.
XLV. Leçon.
Robinson et Vendredi travaillaient tous les
jours au fossé et malgré les instrumens peu
convenables à cet ouvrage , ils l'avançaient
cliaque jour d'une manière étonnante. C'est
en travaillant que Robinson enseignait sa lan-
gue à Vendredi., qui en peu de temps y fît
de grands progrès. H était ifort attaché à son
maître , qui le prit en grande affection.
En moins de deux mois ils eurent fini le
fossé et ne durent plus redouter les sauvages.
Avant qu'aucun d'entre eux pût franchir le
fossé et la palissade, il leur était facile de
les percer de leurs flèches ou de leurs lances.
Robinson et Vendredi se trouvant un jour
près du rivage sur une hauteur d'où leur vue
pouvait s'étendre très loin en mer, ils aperçu-
rent quelques îles. Vendredi arrêtant sa vue
de ce côté s'écria: «Aiil mon cher maître!
Voilà mon pays ! voilà où demeurent mes com-
patriotes et mes amis ! » Son air, ses yeux, ses
gestes, tout en lui exprimait l'amour de la pa-
trie et le désir de la revoir. Robinson lui
parla alors d'un canot et lui fît à ce sujet
diÛerentés questions. Satisfait de ses réponses,
il le prend par la main et le conduit pour lui
faire voir celui qu'il avait commencé depuis
plu-