Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 74 ) "
Singularité ne conceyait pas ce qui pouvait
mettre ainsi r«au en mouvement; maïs quand
il la vit rapidement s'élever à gros bouillons^
et se répandre de tous côtés, il s'imagina
qu'il y avait au fond du vase quelque animai
qui causait ce désordre, et afin d'empêclier
que l'eau ne se répandît entièrement, il y
plongea la main pour le saisir. Il s'en re-
>entit, car aussitôt qu'il eût mis la main-dans
e pot, il poussa un cri qui fit retentir l'iia-
bitalion. Zfo/^'/mo//Tentendant fut saisi d'effroi:
il s'imagina d'abord que les sauvages les a»
vaient surpris et que Vendredi était déjà en-
tre leurs mains. La frayeur et l'amour natu-
rel de sa propre conservation, lui disaient
de s'échapper par le chemin souterrain, mais
il rejeta cette idée en songeant à la lâcheté
qu'il y aurait d'abandonner ainsi son ami. Il
se hâta de sortir de la grotte avec ses armes,
bien décidé à périr ou à arracher une secon-
de fois Vmàredi des mains de ses barbares
ennemis. Mais quel fut son "étouïiement, de
trouver Vmdredi tout seul qui faisait les gri-
maces d'un forcené. Tout interdit, Robinson
reste immobile' ne sachant que penser; enfin
il apprend après quelques explications, que
tout ce vacarme ' ne venait que de ce que
Vendredi s'était brûlé la main.
Robinson eut beaucoup de peine à ongager
V^fidredi à reprendre sa place pour tourner
encore la broche. 11 s'y détermina enfin,
mais il regardait toujours le pot avec une
curiosité mêlée d'horreur. La soupe étant
prôte, Robinson la versa dans deux écuelles,