Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
{ 7=» )
liolinson^ v que l'homme s'irrite contre son
semhlahle au point de le dëvorer. » J1 <lé-
tourne ses regards, ordonne à Vendredi de
creuser une losse et d'y enterrer ces restes
révoltans. ^
Pendant que Vendredi executait cet ordre
Rohi^u&on remuait attentivement les cendres
dans l'espérance d'y trouver encore du feu.
Peine inutile ; tout était éteint. Vendredi le
voyant si rêveur, lui fit plusieurs signes aux-
quels il ne comprit rien; il s'empare alors
de la hache, part comme un trait, s'enfonce
dans la forêt et laisse Robinson, qui ne con-
cevait pas son dessein, dans le phis grand éton-
nement, Consterné et le suivant des yeux il
disait en lui-même : « l'ingrat m'abandonnerait-
il? M'emporterait-il encore ma hache? Serait-il
assez perfide pour me chasser de mon habita-
tion? Aurait-il la bai'barie de me livrer a ses
féroces compatriotes?« Transporté de colère
il saisit sa lance et veut punir un traître.
Mais tout à coup il l'aperçoit qui revenait de
la forêt. Robinson s'arrête, voit avec éton-
nement qu'il tenait en Tair une petite botte
d'herbes sèches, d'où partait de la fumée.
Bientôt elle s'enflamme (a), Vendredi la laisse
tomber, entasse d'autres herbes et des bran-
ches sèches, et fait un feu ardent. Trans-
porté de joie, Robinson le serre avec tendres-
se contre son coeiu:; il saisit un tison et tous
deux
[a) Les sauTages, pour avoir du feu, coupent deux bran-
ches de bois sec et les frottent l'une contre l'autre avec tant
d'adresse et de célérité qu'elles s'enflamment. Alors ils les
enveloppent d'herbes sèches qu'ils enflamment également
courant de toutes leurs forces.