Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 4' )
XLIII. L I f o w.
itoiirtjort, souverain de l'île, ne rougit nul-
lement de remplir en présence de Vendredi
une fonction servile De ses mains royales il
se mit à traire la femelle des lamas. C'était
une instruction qu'il donnait à celui sur qui
il voulait désormais se reposer de ce soin.
Vendredi ne devinait pas le but de ce quil
voyait; car ni lui, ni ses stupidts -compati-io-
tes, n'avaient encore soupçonné que le lait
des animaux pût être un aliment 5 jamais i!s
n'en avaient goiilé et ce lui fut une agi'éable
surprise d'en prendre.
La première chose que fit Rohlnson le len-
demain, fut d'aller avec Vendredi vecownvAivQ
l'endroit où les sauvages avalent fait leur abo-
minable festin. Chemin faisant ils retrouvèrent
la place où était enterré le sauvage tombé
sous les coups de Robinson. Vendredi la fit
remarquer à son maître, et témojgna claire-
ment qu'il désirait déterrer ce cndavx'e pour
satisfaire sou goût dépravé. Robinson d'un
regard lui témoigna toute l'indignation et l'hor-
reur que lui inspirait une telle envie, et le-
vant sa lance d'un air menaçant, il lui fit en<
tendre qu'il l'en percerait si jamais il y lou-
chait. Vendredi comprit cette menace, et
se soumit sans balancer à la volonté de son
maître; mais il ne pouvait concevoir pourquoi
il lui interdisait un mets qui était tant reclicr-
ché par ceux de sa nation. Arrivés à l'en«
droit du festin: »Ciel^ est il possible!» dit
E
Ro^