Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( «7 )
h poiléô , onJei' het hevcik.
renverser, ter neder slaan.
s'arrêter, blijven staan.
libérafenr, verlosser.
immobile, onbewegelijk.
servir, dienen.
redoutable, vreesselijk.
vainqueur j overwinnaar.
amical, vriendschappelijk.
aspect, gezi^^t.
se prosterner, nederknielcn*
Toscr, zeilen. __
jéros, held.
convaincre, overtuigen^
XLI. L E Ç o K.
Le sauvage qui avait été terrassé n'était pas
mort <le sa blessure. Revenu à lui, il se mit
à arracher quelques herbes et à les appliquer
sur sa blessure pour en étancher le sang. Ro*
hinson fit remarquer ce mouvement à son pro-
tégé. Celui-ci lui adressa quelques paroles qu'il
ne comprit pas, mais qui eurent pour lui le
charme de la nouveauté aucun son de voix
humaine n'avait frappé ses oreilles depuis plu-
sieurs années. L'Indien, portant les yeux sur
la hache et la montrant du doigt, faisait en-
tendre qu'il désirait cetle arme pour achever
son ennemi. Notre héros^ poussé par la né-
, cessité^ donne sa hache et détourne les yeux.
L'Indien court au blessé^ le décolle d'un seul
coup, et revient avec le ris cruel de la ven-
geance satisfaite ; puis en faisant mille grima-
ces et mille contorsions singulières, il dépose
aux pieds de Robt'nson, comme , un trophée,
la hache et la téte sanglante du vaincu. Ro-
binson lui fit entendre qu'il devait s'emparer
de l'arc et des flèches de celui qu'il venait de
tuer, et lui fit signe de le suivre. L'Indien
à son tour fit comprendre à Robinson qu'avant
de se retirer il convenait d'enterrer cet hom-
E 2 me