Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( 63 ) "
re chose au'il Gt à son arrivée dans sa demeu-
re , fut de planter , à une petite distance de
la palissade , un grand nombre d'arbres qui la
couvrissent de loin et empêchassent qu'elle ne
fût aperçue 11 planta successivement près de
deux mille boutures de celle espèce de saule
qu'il savait reprendre et croiti'e facilement. Il
se ^arda bien de les aligner ; il évita au con-
traire toute symétrie, pour donner à rensem*
ble l'apparence d'une futaie naturelle plutôt que
d'un plan artiGcîel. li résolut ensuite de creu-
ser un chemin souterrain, qui du fond de sa
grotte aboutît à l'autre côté de la montagne ,
afin qu'au besoin, quand par exemple l'ennemi
aurait escaladé sa cioisoa , il eût une issue pour
s'échapper Poiir s'ouvrir ce passage souterrain
il s'y p» it comme les miueuts qui irabor*! cx'eu-
sent des puits, ensuite une galerie- Toute la terre
qu'ii en lirait , il la -portait près de la clois'm , et
avait soin de la fouler: il éleva ainsi peu à peu
une terrasse d'environ dix pieds de hauteur sur
huit d'épaisseur. De distance en distance il
avait laissé des ouvertures ou embrasures pour
se ménager la vue du dehors. Il avait encore
pratiqué quelques marches pour monter et des-
cendre couïmodément, au cas qu'il fut obligé
de défendre son foriin.
Vn jour que Jiobtnson travaillait à son Canot,
il aperçut une fumée épaisse. A ia- frayeur
dont il fut d'abord saisi, succéda bient )t la
curiosité. Poussé par l'un et l'autre de ces
mouvemens, il se hâta de gagner je sommet
de la colline au pied de laquelle était sa grot-
te, poui* découvrir la vraie cause d« cette