Boekgegevens
Titel: Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Auteur: Oort, Matthieu van; Defoe, Daniel
Uitgave: Tiel: C. Campagne, 1832
5me éd. refaite et corr.
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 7084
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_201582
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Vertalen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Histoire abrégée de Robinson Crusoë: divisée en leçons et préparée pour la traduction en langue Neêrlandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
( )
veille, i^oriffe dag. en vatn , vtrgeefs.
les flots mugissans , de hrui- stérile , onvruchtbaar*
sendc golven. faucon de mer, zeevalk,
accablés de chagrin et de tris- divine Providence, Goddtlij-
tesse, vol kommer en ver- ke voorzienigheid.
driet. avec précipitation , i/lings.
•ueur froide, koud zweet. écailles d'huître , oesterschel-
assis , gezeten, pen.
en long et en large, Aeen c/j inexprimable , onuitsprekelijk,
weeA
XIV. L e c o it.
Sa plus grande inquie'tude e'tait de savoir où
il se logerait dans la suite, afin de n'avoir
rien à craindre des sauvages ni des bêtes fé-
roces. Son premier gîte avait clé si incom»
mode qu'il ne pouvait penser sans frissonner
aux nuits suivantes, s'il était obligé de les pas-
ser toutes de la même manière.
En réfléchissant sur sa situation, il retomba
tout-à coup dans sa première tristesse. Tout
désolé il chercha une caverne qui pût lui ser-
vir de retraite assurée, mais il n'en trouva
point, II gravit avec beaucoup de peine une
montagne, d'où il pouvait voir tout autour de
lui à la distance de plusieurs lieues. Il vît
donc avec effroi qu'il était dans une île, et
aussi loin que portait sa vue , il ne découvrit
d'autres terres que deux ou trois petites îles
sortant de la mer. « Malheureux que je suis!»
s'écria-til en levant ses mains tremblantes vers
le ciel, ull est donc vrai que je suis séparé,
abandonné de tous les hommes ! O mes pau-
vres parens, je ne vous reverrai jamais 1 Que
deviendrai je ! Malheureuse destinée î tu me
* pu-